Redresser ses finances

Faillite : Les 45 ans et plus, plus endettés que jamais

« De quatre choses, nous avons plus que nous croyons : des péchés, des dettes, des ennemis et des années. » – proverbe persan

Quelles sont les classes les plus endettées à votre avis ? À cette question, on est quasiment tenté de répondre : les plus jeunes bien sûr ! Tout semble soutenir cette vision. Lorsqu’on est jeune, on construit encore son avenir et on n’hésite pas de ce fait à prendre un peu d’argent par ci et là pour que la tâche ne soit pas si pénible. Il paraît presque logique qu’à partir de la trentaine, on commence petit à petit à se débarrasser de ce joug pour entrer dans la quarantaine l’esprit léger et joyeux. En théorie, c’est évidemment comme cela que ça devrait se passer, mais hélas, seulement en théorie. La réalité offre un tableau des plus sombres.

Il y a de cela une décennie à peine, la tranche de 45 ans et plus, était la moins endettée du Québec. Les étudiants et jeunes se trouvaient largement en tête. Cependant, depuis bientôt deux à trois ans, la tendance tend à changer. Les plus jeunes sont de moins en moins endettés, tandis que les plus vieux le sont davantage. En 2007, 36 % seulement de cette tranche d’âge était profondément endettés. En 2012, le pourcentage s’élevait déjà à 44%, et la propension s’aggrave. Les mauvaises nouvelles ne s’arrêtent hélas pas que là. Le taux d’endettement de cette tranche d’âge a aussi considérablement progressé. On est ainsi passé de 130 %, en 2007, à 151%, en 2012, et comme dans le cas précédent, on n’observe absolument aucune régression de la situation.

On peut être tenté de se dire : « Oui, rien de bien grave, l’endettement est un fléau qui touche absolument tout le Québec ». C’est juste, mais le problème qui se pose est que cette classe précisément est censée se trouver dans une période de leur existence où ils ont la possibilité d’épargner un maximum d’argent. Si au lieu de le faire, ils se trouvent dans la fosse de l’endettement, cela ne peut qu’avoir des retombées, on ne peut plus dire, néfastes sur l’économie toute entière. Ces préjudices peuvent s’avérer encore plus graves en cas d’augmentation des taux d’intérêt.

Faillite: Une maison après une faillite, c’est possible !

Contrairement aux idées reçues, il est tout à fait possible d’acheter une maison après avoir fait faillite quelques années auparavant. Il est certain que l’obtention d’un prêt hypothécaire dans ces conditions demande certaines garanties, mais il n’y a aucune raison de ne plus jamais être propriétaire.

Quelles sont les conditions pour acheter une maison après une faillite ?

Après une faillite, devenir propriétaire est impossible pensent beaucoup de personnes. Ce n’est pourtant pas le cas. Pour cela, vous devrez donner certaines garanties et vous aurez quelques documents à fournir. En premier lieu, on vous demandera de fournir un certificat de libération de faillite. Celui-ci devra être obtenu depuis au moins deux ans. Il vous faudra également avoir refait un crédit avec deux prêts totalisant un montant minimal de 1000 dollars. Votre crédit doit être refait depuis au moins deux ans. Votre réhabilitation doit être reflétée par le pointage de votre bureau de crédit. Celui-ci devra être aux environs de 650 après deux ans de crédit bien refait. Acheter une maison après une faillite nécessite, bien sûr, que vous n’ayez eu aucun retard de crédit et que vous ayez pris de bonnes habitudes. Pour cela, ne gardez pas vos cartes pleines en payant le minimum durant plusieurs mois. Vous pouvez utiliser votre crédit, mais évitez de vous endetter dans la mesure du possible. L’idéal pour espérer accéder à la propriété à nouveau est d’avoir un ratio d’endettement qui ne dépasse pas 32 % de votre revenu. Cela vous permettra de faire face aux dépenses comme le paiement de l’hypothèque, les taxes, le chauffage, le prêt auto, les dettes liées aux cartes de crédit. Lorsque vous voudrez acheter votre maison, le prêteur demandera que vous ayez économisé au minimum 6 % du prix d’achat du bien. Cela correspond à 5 % pour le minimum de la mise de fonds et 1,5 % pour tout ce qui concerne les frais liés à l’achat. Cette somme ne devra pas venir d’un cadeau ou d’un don de la banque, car cela pourrait augmenter considérablement le risque du dossier avec l’assureur.

Quelques astuces pour acheter après une faillite

Pour mettre toutes les chances de votre côté, montrez votre bonne volonté en reconstruisant votre historique de crédit et en respectant vos paiements mensuels. Les prêteurs prendront vos efforts en considération et vous obtiendrez un prêt hypothécaire plus facilement.

Il est donc tout à fait possible d’acheter un bien, et notamment une maison, lorsque l’on a fait faillite.

Faillite: Repartir de zéro grâce au rétablissement personnel

On a malheureusement très souvent l’habitude d’entendre qu’une entreprise ou une société a fait faillite. Ce que l’on sait moins, c’est que les particuliers peuvent également être dans une situation financière très difficile.

Avoir recours au redressement personnel

A n’importe quel moment de la vie, notre situation financière peut basculer. Un divorce, une maladie, une invalidité, trop de dettes ou le chômage peuvent faire que tout peut s’écrouler du jour au lendemain. Et cela peut arriver à n’importe qui, même si vous faites attention à vos finances. Il est difficile de se sortir d’une telle situation et généralement, elle empire chaque jour un peu plus. Dans certains cas, la situation financière est devenue telle qu’il faut trouver une solution pour s’en sortir et retrouver une trésorerie saine. On peut alors faire appel au redressement personnel. Il va permettre aux personnes surendettées de repartir de zéro.

Comment obtenir un redressement personnel ?

Lorsque l’on souhaite obtenir un redressement personnel, il faut en faire la demande auprès d’un syndic de faillite reconnu. Suivant sa requête, un juge va étudier votre dossier et va pouvoir ordonner que toutes vos dettes soient annulées. Il peut également, dans le cas de dettes importantes, demander la vente de vos biens personnels, sauf ce qui est nécessaire à la vie courante. Si la liquidation s’avère insuffisante, les créances seront quand même closes et vous ne ferez plus l’objet de poursuites. L’inconvénient de ce genre de procédure est que pendant une dizaine d’années, la procédure sera inscrite dans le fichier national des incidents de crédits des particuliers. Vous ne pourrez donc pas obtenir de crédit durant cette période.

Si votre dossier n’est pas accepté pour une procédure de rétablissement personnel, tout n’est pas perdu et il existe une dernière solution. En effet, vous pourrez faire une demande de surendettement. Sont concernés par cette procédure les loyers impayés, les dettes fiscales ou les crédits. Vous pouvez aussi y avoir recours dans le cas où les négociations avec les créanciers n’ont pas réussies.

Le surendettement consiste à l’étude de votre dossier. Une fois cette étape réalisée, une proposition d’étalement de vos dettes vous sera proposée. Il peut s’agir d’étaler vos dettes dans le temps soit de diminuer les taux d’intérêts qui vous sont réclamés.

Le redressement personnel ou le surendettement peuvent dont être les solutions nécessaires pour retrouver une trésorerie saine.

Faites une demande!