Le taux d’aînés qui déclarent faillite est plus élevé que celui des jeunes

li-elderly-couple-620-is614La tranche d’âge incluant les aînés et les préretraités enregistre un taux de déclaration de faillite plus élevé que celui de jeunes. En effet, sur 6000 déclarations de faillite enregistrées entre 2013 et 2014, le taux a passé de 27% pour s’établir à 30% chez la population des personnes endettées dont l’âge est supérieur à 50 ans.

La situation est plus alarmante d’autant plus que ces chiffres ne reflètent pas uniquement une aggravation au niveau du nombre de dossiers déclarés en faillite, mais également une détérioration de la moyenne de dette non garantie chez la portion d’âge supérieure à 50 ans, qui a passé à 69 031 $ chez la tranche d’âge supérieure à 60 ans, alors que la moyenne générale de la dette non garantie s’établit à 56 545 $.

Quels biens puis-je conserver lors d’une faillite ?

Si vous avez tout essayé pour résoudre vos problèmes de dettes, alors la faillite personnelle est votre dernière option. Même s’il vous reste encore un peu de temps, n’hésitez pas à consulter un syndic de faillite. Cela vous permettra de garder tous vos biens de nécessité vitale et ceux qui vous servent à travailler. Attention depuis 2009, la loi fédérale a changé et est depuis plus contraignante, ce qui rend vos dettes encore plus difficiles à se débarrasser.

Déclarer faillite grâce à un syndic de faillite

Un syndic de faillite est un organisme régulé par l’État qui a pour mission d’aider les personnes en surendettement. Il a ainsi le droit de saisir une partie de vos biens et de ponctionner une partie de votre salaire.

Vous risquez donc de perdre tous vos objets de valeur qui ne vous sont pas indispensables : instruments de musique, matériel électronique ou consoles de jeux vidéo, appareils de sport et de musculation… Mais votre maison et votre moyen de transport ne pourront pas être saisis. Même si vous n’avez pas terminé de les payer, vous pourrez continuer le paiement des crédits leur correspondant.

Vous serez libre de garder tout ce qui vous est nécessaire pour vivre correctement : meubles, vaisselle, vêtements…, ainsi qu’un véhicule et des outils nécessaires à votre profession.

Un paiement mensuel sera déterminé par le syndic de faillite selon votre situation. Le Bureau du surintendant des faillites du Canada a déterminé un montant de base dont un ménage a besoin pour vivre dignement. Vous devrez au syndic de faillite la moitié de la différence entre vos revenus et cette base déterminée par l’État pendant 21 mois. Si votre revenu n’excède pas cette base, vous paierez pendant 9 mois au syndic de faillite un montant négociable chaque mois.

Comment cela se passe ?

Dès que votre situation financière s’aggrave et que vous vous êtes rendu compte que vous ne pourrez pas vous en sortir, faites appel à un syndic de faillite, le premier rendez-vous sera gratuit.

Le syndic étudiera alors votre dossier, vos dettes, vos dépenses et vos revenus, afin de calculer votre capacité à rembourser ou vous proposer une alternative si elle existe.

Si la faillite est la seule solution, le syndic vous donnera votre plan de paiement et saisira vos biens.

Attention, la faillite entraîne la création d’une note dans votre dossier de crédit qui y restera pendant sept années. Vous risquez de perdre votre véhicule et votre maison, ainsi que de vous rendre vulnérable à un stress dû à ces procédures.

Faillite : Agent de recouvrement : vos droits et recours

86515946_660x300La faillite est un événement malheureux qui peut survenir à toute personne. La faillite peut pointer le bout de son nez, et les personnes auxquelles on doit de l’argent peuvent faire appel à des agents de recouvrement pour faire en sorte de vous « inciter » à les rembourser aussi vite que possible. Il faut que vous sachiez que ces agents n’ont pas tous les droits, et que vous avez des droits et des recours à votre disposition.

Vos droits face aux agents de recouvrement

La loi prévoit de très nombreuses protections pour les particuliers face aux agents de recouvrement. Ces dernières années, ces règles se sont renforcées pour faire face à des agents de recouvrement toujours plus véhéments. Ils existent de très nombreuses règles, comme le fait qu’il est interdit de contacter le débiteur en dehors du lundi au samedi et de 8 h à 20 h. De plus, le chantage est interdit ainsi que la menace d’envoyer le débiteur en prison s’il ne s’acquitte pas de ses dettes avant une certaine date limite. Ils ne peuvent pas non plus demander au débiteur plus qu’il ne leur doit, et ce, quel que soit le nom donné à ces suppléments.

Savoir quand dire non et exercer un recours envers des agents de recouvrement

Lorsqu’un agent de recouvrement devient trop pressant et agit au dehors du cadre que la loi lui a fixé, il est important de rapidement agir. La première réaction à avoir face à ce type de personne est bien sûr de prévenir l’agent de recouvrement qu’il se comporte en dehors des prérogatives que la loi lui a fixées. Si les agents de recouvrement continuent à se comporter de façon illégale, il sera nécessaire de faire appel à un huissier pour qu’il constate les actions frauduleuses des agents de recouvrement. Grâce à ces constations, il sera possible de se rendre devant une cour de justice pour réclamer la sanction de l’agence de recouvrement.
Les agents de recouvrement ne sont pas des agents de la mafia, avec tous les droits, pouvant vous extorquer de l’argent de la manière qui leur convient. De plus en plus d’agents de recouvrement respectent la loi, mais encore beaucoup trop d’entre eux se comportent de façon malhonnête. Pour se protéger, les consommateurs doivent donc rester alerte.

Faillite: Est-ce grave de faire faillite ?

Est-il grave de faire faillite, faut-il le prendre comme une catastrophe ? Est-ce une honte ? La faillite n’est pas seulement due à un comportement irresponsable. Certains cas semblent être dus à une série de malchances: des emprunts contractés durant une période florissante qu’on a la possibilité de rembourser, mais qui se transforment en joug suite à la perte d’un emploi; une maladie au traitement onéreux qui contraint à se lancer dans des dépenses ahurissantes… Les raisons sont nombreuses, diverses et variées. Faut-il prendre la faillite comme une catastrophe ?

La faillite, une fatalité ou une bouée de sauvetage ?

Plus de 35 000 Québécois, en 2011, ont fait faillite. Le bon sens voudrait qu’on n’ajoute pas une pression psychologique supplémentaire à ceux qui ont déjà atteint le fond, mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas. La faillite reste très mal perçue au Québec. Lorsqu’un particulier fait faillite, on estime généralement qu’il l’a bien cherché, et lorsqu’il s’agit d’un entrepreneur, il perd dans la majeure partie des cas l’estime de ses collègues et de l’entourage. La tendance, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est aucunement canadienne, elle est principalement québécoise. Si l’on se fie aux chiffres, on remarque que dans la partie anglophone du Canada, plus de 50% des personnes continuent à respecter un entrepreneur, même si ce dernier a fait faillite, alors qu’au Québec, ce pourcentage ne s’élève difficilement qu’au dessus de 40%.

Faillite des entrepreneurs : une situation de paria injuste

On a coutume de dire que l’échec est le fondement de la réussite, et la faillite doit être perçue exactement de la même manière. L’autarcie dans laquelle on plonge les entrepreneurs après faillite ne contribue pas à donner envie à d’autres de se lancer, et c’est bien dommage, car sans entrepreneurs, pas d’économie. Il convient de se souvenir de temps à autre que même les meilleurs ont connu des échecs. Steve Jobs s’est fait virer comme un malpropre, il y a quelques décennies, de la compagnie Apple qu’il avait pourtant fondée, mais il a su revenir en puissance et devenir la légende que l’on connaît aujourd’hui. Henry Heinz, le fondateur de la célèbre compagnie, avait bien fait faillite à ses débuts, il a juste su en tirer les leçons qui lui ont permis par la suite de s’en sortir. Henry Ford et Walt Disney également n’avaient pas immédiatement fait connaissance avec Dame Fortune, ils sont passés par des faillites.

La faillite ne doit pas être appréhendée comme une fatalité, il faut plutôt la percevoir comme un revirement temporaire pouvant éventuellement mener au succès.

Faites une demande!