Articles avec le tag ‘dossier’

Faillite: Le nombre de faillites en baisse au Québec

Les chiffres montrent un ralentissement du nombre de faillites au Québec, même si toutefois, ces chiffres doivent être pris avec prudence, car les taux d’intérêt et de chômage sont encore à surveiller.

L’endettement des familles québécoises plutôt stable

Les chiffres de ces derniers jours ont permis de révéler une croissance ralentie de l’endettement des ménages et diverses informations ont montré que les déclarations de faillites des Québécois sur la période octobre 2010 à octobre 2011 étaient moins nombreuses par rapport à l’année précédente.

En effet, d’après le BSF, le Bureau du Surintendant des Faillites du Canada, plus de 26 000 personnes ont été amenées à faire une déclaration de faillite les douze derniers mois, ce qui équivaut à une baisse de 8% par rapport à la même période de l’année précédente. Dans le même temps, on a observé une hausse de 5% de la part des personnes qui ont pu faire une proposition qui les engage à faire des versements mensuels à leurs créanciers, afin de s’acquitter de tout ou partie de leurs dettes et ne pas être amenés à faire une déclaration de faillite.

Au niveau des entreprises du Québec, les chiffres révèlent aussi une hausse de 5% de faillites, mais dans le même temps, les propositions ont connu une baisse de 11%. De manière globale donc, en regroupant les dossiers d’insolvabilité, on observe une baisse de 4,3% d’octobre 2010 à octobre 2011 au Québec.

Les prêts hypothécaires: source #1 d’endettement

Quant aux ménages québécois, les chiffres rapportent que leur endettement progresse à un rythme lent et qu’en comparaison de leur revenu disponible, leur taux d’endettement a baissé pour atteindre 15,3%. Deux tiers de l’endettement total des ménages du Québec provient d’une hypothèque, ce qui amène les pouvoirs publics à être particulièrement vigilants sur leur situation et les différents facteurs qui pourraient la faire empirer (taux d’intérêt, taux de chômage). Cependant, depuis le début des années 2000, on n’observe aucune hausse de risques de défaut de paiement par les ménages emprunteurs, bien que certains soient plus vulnérables que d’autres. Et cette vulnérabilité serait accrue dans la possibilité d’une augmentation rapide des taux d’intérêt, peu probable, mais scénario possible. Le taux de chômage aussi est un facteur qui peut faire empirer la situation de certains ménages surtout qu’après la perte de 69 500 emplois au cours du trimestre, le taux de chômage au Québec se situe actuellement à 8,7%, alors que dans tout le pays, il oscille entre 7,1% et 7,5%.

La crainte de tous, et plus particulièrement des pouvoirs publics, est que le taux de chômage remonte et avec lui, le nombre de faillites et de propositions.

Faites une demande!